Tag Archives: nancy

Muller Frères Lunéville

Ces noms sont liés à jamais à l’histoire de Lunéville, par les obvenir chatoyant et coloré des chefs d’oeuvres sortis de leurs ateliers.

Etonnant e aura été l’odyssée d’une famille qui compta huit garçons et une fille nés à Kalhausen, dans la Lorraine du pays de Bitche. La Cristallerie de Saint-Louis était toute proche. Elle accueillit les aînés là, ils s’initièrent aux techniques des arts du feu.

Mais en 1885, quand approcha le moment de revêtir l’uniforme allemand pour satisfaire aux exigences du service militaire. Désiré et Eugène passèrent la frontière et vinrent travailler dans les ateliers du prestigieux Emile Gallé à Nancy. Ils y devinrent maîtres dans la décoration du verre. Tour à tour Henri, Victor et Pierre suivirent leurs traces et entrèrent en apprentissage chez le maître-verrier lorrain.

Un jour vint où, passé par le goût de l’entreprise, Henri incita ses frères à voler de leurs propresa il esetà s’installerà Lunéville.
Ils ouvrirent un atelier rue Sainte-Anne et y décorèrent des verres, soufflés, sous leur direction, à la gobeleterie Hainzelin, établie à quelques kilomètres de Lunéville, dans la Commune de Croismare.
Alors naquirent des vases dont les parois étaient constituées par des couches superposées de verres de divers escorteurs, dont le nombre–exploit remarquable-pouvaits’éleverjusqu’àsept.

Inspirées par l’école de Nancy, la faune et la flore stylisées forment un décor qui va jusqu’à rappeler l’art de l’Extême-Orient: insectes, chauve-souris, papillons s’insèrent parmi les tiges, les fleurs et les fruits de la vigne, du marronnier, de l’iris, de lorchidée, du charbon,du roseau…Les ens du dessin s’associe à la science des dégradés. Parfois une citation, un vers de Victor Hugo, allonge leurs entrelacs dans le décor végétal, comme entémoigne un vase-cornetau Musée del’école de Nancy.

Sans cesse, est recherchée la perfection, au prix de la destruction demainte pièce jugée indigne d’être proposée aux acheteurs, si bien qu’il reste peu d’exemplaires de cette première production.
La renommée acquise par la famille amène Désiré à répondre en 1910, à l’appel de la cristallerie du Val Saint-Lamberten BELGIQUE.
Elle lui demande de mettre au point une technique particulière, la fluo gravure: préférée à la composition de verres injecté de poussières d’émaux, utilisée chez Gallé et chez Daum, elle allié l’éraillage à la gravure à l’acide.

Les autres frères, demeurés Lunéville, sétaient installés rue de Barre, pourmettre en application, sur un mode semi-industriel, leur procédé devenu célèbre, lagravure àl’acide.

Mais la guerre éclate quatre années plus tard. Eugène est tué à Lunéville, libérée après une occupation Allemandes qui durera trois semaines, demeurera durant quatre longues années à quinze kilomètres des lignes où s’était fixé le front. Emile s’en va travailler à Choisy-le-Roi comme graveur à la molette, il chercha plus tard fortune en Italie. Jean, Auguste et Camille sont engagés à Sèvres, chez Houdaille. Le premier se fixe ensuite à Choisy-le Roi.

En 1919, l’usine Hainzelin est à vendre. Les frères Muller l’achètent. La griffe qui jusqu’en 1914, indiquait « Muller Croismare près de Nancy » gravée à la pointe où à la molette, ou signée à l’or, devient « Muller Frères Lunéville ». La France renaît au-delà de l’épreuve tragique qui l’a décimée. Toute l’inspiration, qui fit briller son génie dans le domaine des arts depuis tant de siècles, survit et reprend un nouvel élan. Elle resplendit, en 1925, à l’exposition des arts décoratifs. Les frères Muller y sont présents et leurs créations y connaissent un vif succès. Leur production se développe et leur entreprise prend un rythme industriel. Le nombre des fours est porté de un à quatre. L’équipement des ateliers est perfectionné. Un programme de construction des cités ouvrières est réalisé pour assurer un logement au personnel qui atteint le chiffre 350.

Les « Grandes Verreries de Croismare et les Verreries d’art Muller Frères réunies » appliquent la technique des pigments, incorporés entre deux couchés de verres, aux lampes, aux appliques, aux plafonniers, aux vases qui vont décorer tant de foyers en France et bien au-delà des frontières. Les Frères Muller prennent place parmi les grands maîtres-verriers de l’époque.

Mais voici qu’approche la grave crise économique en 1930. L’époque est rude pour les artistes mal armés pour se défendre dans les impitoyables compétitions de marché. Les barrières douanières s’élèvent ; les exportations deviennent difficiles, et même impossibles. Il faut réduire l’importance du personnel, ramené de 350 à 250, à Croismare, et de 100 à 80, dans les ateliers de Lunéville, qui avaient été construits sur un terrain situé rue Sébastien Keller. Les Allemands les occupèrent durant quatre années au cours de la deuxième guerre mondiale.

Les frères Muller, abandonnés par leurs actionnaires, avaient du renoncer en 1934, à exercer leurs responsabilités dans la firme qui leur devait la vie. Leurs enfants voulurent cependant prolonger les traditions familiales en créant la société Georges et Marcel Muller qui installa un atelier place du Château afin d’y mettre en oeuvre la taille du cristal à la fraise et au burin.

La mort de Désiré mit fin, en 1952, à une épopée qui laisse le souvenir enchanteur des jeux de la lumière et de la couleur dans les pièces sorties du feu et traitées avec un goût admirable. Elles sont la joie des collectionneurs qui les recherchent avidement ; elles sont une des parures des musées qui gardent le témoignage de l’âge trop éphémère de Frères Muller à Lunéville.

Les pièces sont signées de plusieurs façons :

– Muller Croismare, pour les pièces produites dans la verrerie Hinzelin (avant 1914)

– Muller Frères Lunéville (à partir de 1919)

– Muller Fres, Muller Fres Lunéville (des pièces authentiques portent bien cette signature, mais la raison de cette variante n’est pas connue)

– GV de Croismare ( signifiant “grande verrerie de Croismare”) correspondent à des pièces également produites par les frères Muller, vraisemblablement dans les années 1910-1920.

mueller freres

 

Découvrez sur antiquedesign.fr notre sélection de vases (1, 2) et luminaires (1, 2, 3, 4) Muller Freres